Menu

Recherche

Lundi 15 octobre 1 15 /10 /Oct 19:20
- L'EPO est une hormone. (Toute hormone est une protéine. Toute protéine est composée d'acides aminés. L'EPO est plus précisement une glycoprotéine, c'est-à-dire une protéine avec des chaînes glucidiques à sa surface).
-
L'EPO est synthétisée naturellement par le rein.
- L'EPO (ou Erythropoïétine) stimule la synthèse des Globules Rouges (ou Erythrocytes).
Les Globules Rouges sont des cellules qui contiennent de l'hémoglobine. L'hémoglobine est une protéine qui contient en son sein du fer. Ce fer, selon son état d'ionisation, est capable de capturer du dioxygène, de le séquestrer. Ainsi le Globule Rouge transporte, grâce à l'hémoglobine, du dioxygène. Les Globules Rouges parcourent les artères des poumons aux tissus musculaires entre autres. Ils prennent le dioxygène au niveau des poumons et le relarguent lorsqu'ils passent à proximité des tissus qui en ont besoin. Le Globule Rouge récupère ensuite le dioxyde de carbone, qui est grossièrement un déchet des cellules de l'organisme, qu'il va emmener aux poumons, par les veines, pour qu'il soit expiré.
- En cas de déficit en EPO, le sang est moins riche en Globule Rouge et en Hémoglobine (Si le taux d'Hémoglobine est très bas, on parle d'anémie). Par conséquent,
les muscles disposent de moins de dioxygène et fonctionnent à bas régime.
- A l'inverse, en cas d'excès en EPO, le sang est plus riche en Globule Rouge et en Hémoglobine. Les muscles disposent de plus de dioxygène et fonctionnent à haut régime.
- En thérapeutique, l'EPO est notamment utilisé pour compenser le déficit en EPO "naturelle" observé lors d'insuffisance rénale chronique et donc pour lutter contre les anémies par déficit en EPO.
- En dopage, l'EPO est utilisé pour élever le taux de Globule Rouge et parallèlement celui d'Hémoglobine. Ainsi, le sang transporte plus de dioxygène et les muscles sont mieux alimentés.
- Pour lutter contre le dopage par EPO, on a d'abord vérifier l'hématocrite des coureurs. L'hématocrite est le volume occupé par les globules rouges dans un litre de sang. Plus l'hématocrite est élevé, plus il y a de globules rouges dans le sang. En cyclisme, on ne tolère plus les hématocrites supérieurs à 0,50 (bien que les normes biologiques soient comprises entre 0,42 et 0,54 chez l'homme et entre 0,37 et 0,47 chez la femme, rares sont les personnes ayant naturellement un hématocrite supérieur à 0,50). Lors des années EPO, entre 1993 et 1996, on mesurait parfois l'hématocrite mais on ne sanctionnait pas encore les coureurs lorsqu'ils avaient un hématocrite élevé. On sait que l'hématocrite du vainqueur du Tour de France 1996, Bjarne Riis, était très élevé; il aurait même été mesuré à 0,64 (un chiffre abérrant chez une personne non malade). Après 1999, l'hématocrite de Marco Pantani a été mesuré comme étant supérieur à 0,50 et l'italien, qui a gagné le Tour et le Giro en 1998, a été suspendu. Aujourd'hui, les coureurs ne peuvent plus avoir un hématocrite à 0,50, ce qui réduit leur possibilté de tricher. Depuis quelques temps, des laboratoires travaillent sur des techniques permettant de détecter une EPO exogène (c'est-à-dire une EPO non produite naturellement par l'organisme et qui diffère légeremment par sa structure de l'EPO que nos reins fabriquent) dans le sang ou dans les urines. Certains prétendent que de l'EPO exogène aurait été détecté dans un échantillon d'urine receuilli en 1999 et appartenant à Lance Armstrong (information que le journal l'Equipe a sortie en août 2005, soit un mois après la retraite de septuple vainqueur du Tour de France). De l'EPO exogène aurait été mis en évidence dans le sang d'Iban Mayo sur le Tour 2007. Certains journalistes prétendent qu'une nouvelle forme d'EPO, la dynepo, aurait été détecté dans le sang de Michael Rasmussen, exclu du Tour de France 2007 avec le maillot jaune. Mais si l'EPO exogène est, en mesure, d'être détecté, on peut imaginer que bientôt sera synthétisée une EPO exactement identique à celle synthétisée naturellement par l'organisme. En prenant le gène de l'homme codant l'EPO et en l'insérant dans une bactérie, on peut commander la synthèse d'une EPO indétectable qui peut ensuite être injectée. On ne pourra donc plus différencier l'EPO exogène de l'EPO endogène et les coureurs pourront se doper sans être pris. Cependant, la mesure de l'hématocrite limite cette tricherie. Encore faut-il se méfier d'éventuelles méthodes destinées à trafiquer la mesure de l'hématocrite.
- L'un des dangers du dopage par EPO est l'infarctus: l'EPO en stimulant la synthèse de Globule Rouge augmente la viscosité du sang.
- A noter: certains coureurs ayant longtemps vécu en haute altitude ont un hématocrite plus élevé que la normale. Par ailleurs, des maladies peuvent provoquer une hausse de la synthèse d'EPO (cancer du rein par exemple) ou une hausse de l'hématocrite (polyglobulie, Maladie de Vaquez)...
Article rédigé par LT; informations données à titre indicatif et n'ayant aucune valeur officielle.
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés